Auteur/autrice : cento_root

Giannini

En 1993, le préparateur italien Gianinni s’empare de la Cinquecento pour lui délivrer sa vision d’une petite sportive. Elle bénéficie d’une présentation esthétique différente : sellerie, volant bois, pare choc ton carrosserie, jantes.

Image

Image

La réussite de ce modèle sur le sol italien poussera le préparateur à lancer 2 autres séries de la Cinquecento Giannini qui se vendront jusqu’à la fin de la production de la Cinquecento par Fiat.

Image

Image



La Cinquecento Elettra

Non vendue en France, cette version de la Cinquecento a un moteur électrique et embarque 12 batteries pour un poids supplémentaire de presque 300 kg. Ce véhicule se destine presque exclusivement vers les administrations et possède une charge utile de 150 kg. Elle offre en série la climatisation. La vitesse maxi n’est que de 85 km/h pour une autonomie totale d’à peine 100 km/h.
Image
Image

Cinquecento Scioneri 

Un nombre très limité de Cinquecento sort en 1993 des ateliers d’un petit carrossier italien piémontais (Scioneri). Elles se reconnaissent à leur bande rouge courant tout le long de la carrosserie et à leur jantes spécifiques. L’intérieur est en alcantara bleu et le volant est un Nardi à 3 branches.
Image

Cinquecento Trofeo

A l’automne 1992, alors que la Sporting n’a pas encore été lancée, une préparation sur base de moteur Cinquecento 903cc modèle S est lancée par Fiat. Il est possible de commander sa version Trofeo aussi bien pour courir en rallye sur route ou sur terre. Cette version est la voiture de rallye la moins chère du marché français. Elle est disponible aussi en Italie, en Allemagne et en Pologne (pour commencer) mais la diffusion va bientôt atteindre l’Europe (9 pays). La puissance peut parait modeste (62 ch) mais le faible cout et la fiabilité sont les points forts de cette Cinquecento malgré une préparation assez sauvage (bas moteur revu, arbre à cames, culbuteur, soupapes, admission d’air directe, échappement ). Les modifications apportées par le kit sont nombreuses : rampes de feux, jantes speedline, bavettes, attaches rapides, arceau, sièges Sparco, volant Momo, compte tour spécifique ajouté, pédalier alu, extincteur, coupe circuit, trip master…
Image
Cette formule va avoir un certain succès en particulier auprès des plus jeunes car il va existe une catégorie pour les débutants afin qu’ils puissent apprendre entre eux les subtilités du pilotage lors de leur première saison. Les pilotes s’affrontent dans des catégories par âge. De même, des catégories pour les femmes sont créer afin d’établir un classement féminin. En 1993, la première course est en Italie sur le Mugello et 70 participants sur 2 jours sont venus en découdre. Chaque saison fera l’objet de 7 à 9 courses. Ces championnats sont un vaste système de qualification par pays avec en récompense une finale européenne réunissant les meilleurs pilotes de chaque pays à la fin de la saison se déroulant sur 3 jours chaque année dans un pays différent. Le prix final pour les grands vainqueurs par catégorie est une participation au rallye de Monte Carlo au volant d’une version officielle de la Cinquecento fournie par département course de Fiat. Avec le lancement de la Cinquecento Sporting, la base technique change pour 1995 pour le nouveau moteur de 899 cc. La puissance est à présent de 105 ch sur la version groupe A développée pour la grande finale du Monte Carlo mais aussi pour être engagée en championnat du monde des rallyes. Le trophée Cinquecento sera proposé jusqu’à la fin de la saison 1997.
Image